Horloge
Écrire un livre

Comment faire un flashback dans un roman ?

Flashback, analepse, ellipse narrative… Tous ces termes désignent le même procédé littéraire : effectuer un retour en arrière au cours du récit. Employée à bon escient, cette technique enrichit considérablement l’histoire. Mais elle peut également l’alourdir et rebuter le lecteur. Vous souhaitez apprendre à vous en servir ? Découvrons ensemble comment faire un flashback dans un roman.

Pourquoi utiliser une analepse ?

L’analepse est une figure de style permettant de revenir sur un épisode du passé. Elle constitue l’inverse de la prolepse, qui consiste à relater un fait ultérieur par avance.

Le flashback doit faire avancer l’histoire en apportant des informations nécessaires à la compréhension du présent. Il peut s’agir :

  • de révélations concernant un personnage ;
  • d’événements importants influant sur le récit.

Par exemple, dans un polar, vous pouvez raconter les incidents qui ont poussé le meurtrier à éliminer sa victime. Ou distiller des éléments de contexte pour éclaircir le mystère au fur et à mesure de l’enquête.

Ces ellipses enrichissent l’histoire en apportant profondeur et émotion. Mais veillez à les employer avec parcimonie ! Sur utilisées, elles produisent l’effet inverse : le récit s’alourdit, et le lecteur peut se lasser.

Où placer un flashback dans un roman ?

Le flashback rompt le cours normal de la narration. En conséquence, évitez de l’insérer au beau milieu d’une scène d’action. La tension retomberait aussitôt… de même que l’intérêt du lecteur.

Le personnage central de votre polar a enfin identifié le meurtrier. Il l’empêche de commettre un nouveau crime et s’élance à sa poursuite dans la ville. Le tueur court vite, le héros peine à garder le rythme, bouscule quelques passants, chute, se relève, accélère devant un restaurant chinois, hume les effluves qui s’en dégagent… et commence à se remémorer les déjeuners dominicaux de son enfance. Ses parents l’invitaient au restaurant chinois (tiens donc !), il commandait des pâtes au poulet, eux préféraient le canard laqué, tous finissaient par des boules coco. Puis ils rentraient chez eux, heureux et complices.

Le souvenir est agréable, mais où est le coupable ? Je parie qu’il en a profité pour se sauver. Comme le lecteur, d’ailleurs !

Pour insérer une analepse, privilégiez les moments plus calmes, plus lents, comme propices à la confidence. Une promenade dans un parc, une conversation entre amis, l’exécution d’une tâche routinière, etc. De cette façon, le flashback enrichira l’instant en s’adaptant à son rythme.

Enfin, évitez d’introduire une ellipse temporelle au début du récit. À ce moment-là, vous devez capter l’attention du lecteur, l’attirer dans l’histoire. Un retour en arrière serait donc contreproductif. Pour communiquer un élément capital à ce stade, commencez par celui-ci, ou écrivez un prologue.

Comment faire une analepse ?

Dans la vie, les souvenirs surgissent rarement par hasard. Un événement sert généralement de déclencheur : une rencontre, une remarque, un paysage, une odeur, etc.

L’analepse fonctionne de la même façon, un stimulus doit entraîner le retour en arrière. Le personnage va alors se remémorer un épisode de son passé, ou en discuter avec quelqu’un. Puis, un autre élément va le ramener dans le présent, et l’ellipse temporelle sera close.

En sortant de chez elle, votre héroïne tombe sur des amants en crise. Leurs échanges lui rappellent les disputes qui ont eu raison de son couple, quelques mois plus tôt. Tout à coup, une ambulance déboule sur le boulevard, toutes sirènes hurlantes. Le bruit la ramène au présent. Elle cesse de rêvasser et s’engouffre dans le métro. Fin de l’ellipse.

En quelques phrases, vous avez donné des informations sur la vie amoureuse de votre personnage, en utilisant le contexte et sans rompre le cours du récit.

Le flashback peut également prendre des formes plus originales :

  • un article paru dans le journal favori du héros ;
  • l’extrait du site internet qu’il consulte pour une raison connue du lecteur ;
  • un reportage vu ou entendu dans les médias ;
  • etc.

Il existe une multitude de techniques permettant d’introduire une analepse. Soyez inventif !

Combien de temps dure une ellipse narrative ?

De manière générale, soyez bref. L’ellipse doit apporter des informations clés, sans fioritures. Dans le cas contraire, le lecteur risquerait de se lasser et d’abandonner l’ouvrage.

J’ai commis cette erreur dans mon premier roman. Je souhaitais parler de la vie privée d’un personnage, afin d’approfondir ses problématiques. J’ai donc rédigé un chapitre entier (soit trois bonnes pages) sur sa relation avec sa femme. J’ai adoré l’exercice ! Mes bêta-lecteurs beaucoup moins. Ils se sont égarés dans l’abondance de détails, peinant ensuite à reprendre le fil du récit.

J’ai alors réduit le texte pour me focaliser sur l’essentiel : les sentiments du protagoniste, le caractère de son épouse et les moments clés de leur histoire.

NB. Cette remarque ne vaut pas pour toutes les analepses. En effet, cette figure de style peut faire partie intégrante du schéma narratif, comme dans les romans de Michel Bussi Le temps est assassin et Un avion sans elle. Dans ce cas-là, détaillez les flashbacks. Votre récit s’en trouvera enrichi.

En résumé

Vous savez désormais comment faire un flashback dans un roman :

  • employez-le pour renseigner le lecteur sur un personnage ou sur des événements importants ;
  • insérez-le dans un moment « calme » ;
  • servez-vous du contexte pour le déclencher et y mettre fin ;
  • soyez bref, sauf s’il fait partie de votre schéma narratif.

Pour aller plus loin dans les techniques d’écriture, découvrez comment provoquer des émotions et comment utiliser les registres de langue dans votre livre.

2 Comments

  • Schaze

    Explications claires et concises. J’ai écrit un texte avec analepses vant d’avoir lu vos consignes. J’en conclue que mes analepses sont peut-être trop nombreuses.
    Merci pour ces conseils.
    Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *