Cadenas
Éditer un livre

8 méthodes fiables pour protéger son manuscrit

Vous avez enfin terminé votre ouvrage. La suite coule de source : vous envoyez votre texte à une maison d’édition, elle le publie et il trouve son lectorat. À ce moment, un doute vous assaille : êtes-vous à l’abri du plagiat ? La réponse est non. Un éditeur peu scrupuleux pourrait vous voler votre œuvre. Pour éviter tout risque, préservez votre ouvrage avant de le diffuser. Mais, comment protéger un texte écrit ? Qui sont les organismes de confiance ? Combien cela coûte-t-il ? Pour tout savoir sur la question, découvrez 8 méthodes fiables pour protéger son manuscrit.

1. S’envoyer un email, une solution gratuite pour protéger son manuscrit

Depuis 2000, vous pouvez protéger votre écrit en vous envoyant simplement un email. Précisez votre nom de plume dans le corps du message, et ajoutez le manuscrit en pièce jointe. La date d’envoi servira de preuve.

Attention, cette méthode fonctionne seulement si vous employez une plateforme du type Gmail, Yahoo, etc. Évitez d’utiliser votre propre domaine pour écarter tout risque de falsification.

2. S’envoyer un courrier recommandé

Protégez votre manuscrit en vous l’envoyant par courrier. Dans ce cas, optez pour un recommandé avec avis de réception. Collez l’étiquette sur le rabat de l’enveloppe pour créer un sceau, et ne l’ouvrez surtout pas. Gardez-le en lieu sûr, accompagné des bordereaux remis par La Poste.

L’opération vous coûtera le prix de l’envoi et de l’impression (ou du papier). Le tarif dépend donc de l’épaisseur de votre manuscrit.

3. Déposer la création sur le site mapreuve.com

Le site internet mapreuve.com propose un système de signature électronique et un horodatage certifié. L’enregistrement génère une preuve d’antériorité de votre création. Il est valide à vie et a une valeur juridique en cas de litige.

Ce service vous permet de déposer des œuvres de toutes natures (manuscrits, visuels, etc.). Il fonctionne avec des crédits. Un crédit protège un document, et le pack de 3 crédits coûte 25 € HT.

Attention – À l’heure où j’écris ces lignes, les inscriptions sont provisoirement désactivées sur le site. Affaire à suivre…

4. Déposer un manuscrit à la SACD

La Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD) propose un service de protection des créations. Elle accepte tous types d’œuvres et tous formats de fichiers.

Le dépôt peut se faire en ligne sur la plateforme e-dpo. La procédure électronique coûte :

  • 15 € pour 1 création protégée 5 ans ;
  • 35 € pour 3 créations protégées 5 ans ;
  • 30 € pour 1 création protégée 20 ans ;
  • 60 € pour 1 création protégée 50 ans.

Vous pouvez aussi opter pour le dépôt papier, sur place ou par correspondance. Dans ce cas, il vous coûtera 70 € pour une création.

5. Utiliser le service de protection de manuscrit de la SGDL

La Société des Gens de Lettres (SGDL) propose aux auteurs un service de dépôt et de protection des œuvres. Utilisez-le pour créer une preuve d’antériorité de votre manuscrit.

Le dépôt peut se faire selon plusieurs formules.

Dépôt classique sous forme imprimée

Vous envoyez votre œuvre à la SGDL par courrier postal. Elle est protégée pendant 4 ans pour 45 €. Passé ce délai, vous payez les frais pour la récupérer ou elle est détruite.

Dépôt classique imprimé pré-enregistré

Cette procédure permet de simplifier le dépôt classique. Vous préenregistrez le manuscrit sur le site de la SGDL avant de l’envoyer par La Poste. L’opération coûte 40 €, soit une économie de 5 € par rapport au dépôt classique.

Dépôt numérique (Hugo)

Vous sauvegardez votre création dans un coffre-fort numérique personnel. Grâce à ce service, vous pouvez :

  • vous assurer contre la perte ou la dégradation de vos fichiers ;
  • conserver et protéger plusieurs versions d’une œuvre ;
  • obtenir une preuve juridique certifiée de la paternité et de l’antériorité de votre livre.

Le service coûte 10 € pour un an de protection, quel que soit le poids du document à protéger.

6. Protéger son manuscrit avec l’enveloppe Soleau de l’INPI

L’Institut National de la Propriété Intellectuelle (INPI) propose un service de protection des œuvres par enveloppe Soleau. Utilisez-la pour générer une preuve de création de votre manuscrit.

Vous pouvez transmettre un document papier à l’INPI dans une enveloppe Soleau classique. La procédure coûte 15 € pour 5 ans (renouvelables). Problème : l’épaisseur du pli ne doit pas excéder 5 mm, soit quelques feuilles A4. Plutôt mince. Cette procédure est donc faite pour des écrits courts (synopsis par exemple).

Pour protéger votre manuscrit, optez pour le service dématérialisé e-soleau. Cela coûte 15 € pour 10 Mo, puis 10 € par tranche de 10 Mo supplémentaires.

7. Déposer son manuscrit chez un notaire

Cette méthode de protection est la plus sûre. En effet, le notaire est un officier ministériel agréé. L’enregistrement de votre manuscrit crée donc une preuve très solide en cas de litige.

Malheureusement, cette solution est aussi la plus onéreuse. Le dépôt vous coûtera environ 150 €, pour une durée illimitée.

8. Déposer le manuscrit à la BNF

Le dépôt légal d’une œuvre à la Bibliothèque Nationale de France (BNF) est la protection ultime ! Elle concerne uniquement les livres publiés, car l’opération nécessite un code ISBN.

Cette procédure est une obligation légale pour les ouvrages tirés à 100 exemplaires et plus. Elle est normalement transparente pour les auteurs, car les maisons d’édition s’en chargent. En revanche, vous devez effectuer ce dépôt vous-même si vous autoéditez votre manuscrit.

Dernières recommandations pour protéger votre droit d’auteur

Maintenant, vous connaissez plusieurs méthodes fiables pour préserver vos droits d’auteur :

  • vous envoyer le manuscrit par email ou par courrier recommandé ;
  • enregistrer votre œuvre sur mapreuve.com ;
  • déposer votre livre auprès de la SACD, de la SGDL ou de l’INPI ;
  • faire appel à un notaire ;
  • effectuer le dépôt légal à la BNF après publication.

Vous pouvez combiner ces procédés pour protéger votre texte aux différentes étapes de création. Par exemple, vous l’envoyer par email avant de le soumettre aux bêta-lecteurs, puis payer pour mettre la version définitive à l’abri.

Enfin, veillez à conserver tous les courriers échangés avec des tiers (lecteurs, éditeurs, etc.). De cette façon, vous pourrez défendre vos droits plus facilement en cas de problème.

Ça y est, j’arrive au bout de cet article. Vous disposez maintenant d’un large panel de solutions pour protéger votre manuscrit. Pour aller plus loin, découvrez d’autres astuces relatives à la publication d’un livre. Et n’hésitez pas à laisser un message pour dire si ces informations vous ont été utiles, ou pour partager vos idées.

Article mis à jour le 25/07/2023

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *